01.jpg 011.jpg

012.jpg 013.jpg

014.jpg 015.jpg

016.jpg 017.jpg

.

STÉPHANE RIDEAU

Pas de doutes, Stéphane Rideau a ce que l'on appelle une « gueule ». Une gueule de cinéma, de celles que l'on n'oublie pas facilement et qui marquent les esprits. Pour qui a vu Les Roseaux sauvages, film d'André Téchiné sorti en 1994 sur les écrans français, Stéphane (alors âgé de 17 ans) demeurera à jamais Serge, troublante incarnation du désir adolescent pour le personnage que joue Gaël Morel à ses côtés. Un premier rôle (« un beau cadeau de la vie ») qui lui ouvrit instantanément les portes du succès et de la reconnaissance, et marqua le début d'une complicité professionnelle et amicale entre les deux hommes. Un premier essai réussi pour ce jeune rugbyman du Sud-Ouest repéré sur un terrain, un jour de match, et devenu l'un des piliers de la génération montante des jeunes acteurs français. Pas étonnant donc qu'il soit nominé en 1995 au César du meilleur espoir masculin pour sa prestation dans le film.

© Photographie de François Rousseau